archive

Archives de Tag: musées

CARE est un nouveau master en pratiques de l’exposition à Bruxelles
signé académie royale des beaux-arts en synergie avec la centrale for contemporary art

Le mot anglais care vient du latin cura : soin, extraction d’une cavité. Cura hante bien des mots dans beaucoup de langues, et en particulier le mot curator. Depuis le 18ème siècle, la traduction en français est “conservateur“ : celui qui prend soin des collections des musées et organise leur mise en exposition.

Récemment, curator est employé sans nuance pour désigner celui ou celle qui propose une sélection de contenus. Dans le monde virtuel, des data curators choisissent, éditent et partagent des informations. Ils pratiquent une extraction superficielle d’un puits sans fonds : Internet. Tandis que, dans l’effervescence artistique contemporaine, des curators sélectionnent, ex-posent, mettent au-dehors, ce dont ils souhaitent partager leur intérêt, leur conviction, leur quête.

Cura hante le mot curiosité et c’est elle qui guide les nouveaux curators comme elle inspirait les collectionneurs pour leur cabinets de curiosité. Hors du musée, des centres d’art, les nouveaux curators cherchent aussi à fabriquer des espaces autres. Depuis un demi-siècle, on les a vus créer de nouveaux plateaux et autres territoires dans des biennales, des festivals.

Et maintenant ? La production artistique dans les villes occidentales ne cesse d’augmenter et avec elle la nécessité d’ex-poser, faire trace. Il s’agit ici d’inventer votre métier. CARE est un incubateur pour votre projet embryonnaire. Tout l’enjeu sera de contextualiser ; c’est-à-dire créer un format adapté, une communauté et une économie pour les objets de votre curiosité. Soigner leur inscription dans l’espace et dans le temps.

Pauline de La Boulaye, professeure invitée CARE à partir de cette rentrée 2015

Pour plus d’informations :

http://www.centrale-art.be/events/care/

http://www.arba-esa.be/fr/site.php?cid=18&pid=270

English version here : Read More

Lecture in Halmstad (Sweden) 7th of October 2014

Bodies in Urban Spaces, au Festival Theater op de Markt 2012 – Hasselt (BE) © compagnie Willi Dorner (AT) / photo Jan Castermans (BE)

Bodies in Urban Spaces, au Festival Theater op de Markt 2012 – Hasselt (BE) © compagnie Willi Dorner (AT) / photo Jan Castermans (BE)

The International Street Theatre Festival of Halmstad and Fresh Arts Coalition for Europe (FACE) organise PUBLIC: a European seminar dedicated to the social impacts of arts in public space.

During PUBLIC, I presented a condensed version of my lecture series on HOLLOW PLACES touching on urban design as well as artistic practice in these neglected rooms. Pauline de La Boulaye

face-small-logoProgramme and register here

Read More

Bodies in Urban Spaces, au Festival Theater op de Markt 2012 – Hasselt (BE) © compagnie Willi Dorner (AT) / photo Jan Castermans (BE)

Bodies in Urban Spaces, au Festival Theater op de Markt 2012 – Hasselt (BE) © compagnie Willi Dorner (AT) / photo Jan Castermans (BE)

Les conférences ont lieu 4 mardis de 14 à 16h

21 janvier, 28 janvier, 4 février, 11 février 2014

Institut supérieur pour l’étude du langage plastique  (ISELP)

Bd de Waterloo, 31 B 1000 Bruxelles

Séance : 8 € / 6 €

Cycle 30 € / 20 €

PS : le souvenir d’Yvon Nouzille, agent souple disparu en 2012 à Paris a émergé au cours des conférences. j’ai fait de mon mieux pour parler de son engagement. une rémanence naturelle.

Il y a le creux des friches, les terrains vagues, les no man’s land que les artistes ont toujours affectionnés et que la ville en expansion absorbe. Où sont ces territoires qui n’appartiennent à personne ? Existent-ils encore ? Artistes, marcheurs, creuseurs nous entraînent dans leur quête.

Il y a les nouveaux lieux creux. Ceux-là sont flambant neufs ou tiennent tout juste debout, abandonnés de l’intérieur suite à la défaillance de vision politique et l’omniprésence du capitalisme. Des lieux sans âme, des lieux promenade. Les mots français nous manquent pour les décrire : junkspace, gentrification… L’art y est appelé pour combler le manque. Dans les centres commerciaux, les aéroports, les coffres-forts, les quartiers chics, aux artistes de réenchanter.

Il y a les lieux qui sont creux parce qu’on les a perdus une fois dans notre vie ou parce qu’on les perdra peut-être pour toujours : musées, écoles, bibliothèques, mémoriaux. Ces piliers vacillants de notre civilisation préoccupent les artistes plus que jamais.

Il y a les lieux entre deux états, en chantier, de plus en plus souvent. Artistes, architectes et urbanistes essayent d’œuvrer ensemble, pour le meilleur et pour le pire.

Bref, il y a dans nos villes, une extension du domaine des lieux creux ; soit beaucoup de travail pour les artistes, les poètes et nous tous.

Comme dans une exposition, nous allons analyser un choix de créations plastiques, littéraires ou vivantes qui, ces derniers temps, révèlent, subissent, perturbent ou prennent soin des lieux creux.

Pauline de La Boulaye

Read More

> accès direct à l’article Van der Weyden en tête de peloton : http://www.lejournaldesexpositions.com/#/106/

> accès direct à l’article Magritte, l’année américaine : http://www.lejournaldesexpositions.com/#/124/

Avis aux curieux,

Dans les kiosques depuis samedi 7 décembre 2013, vous pouvez trouver un nouveau magazine bimestriel : le Journal des Expositions.

Un magazine-livre d’art dirigé par René-Marc Chaffardon, fondateur de Beaux-Arts Magazine et de Muséart en France. L’approche est résolument internationale et s’adresse aussi bien aux irréductibles voyageurs qu’aux esthètes sédentaires d’Europe et d’ailleurs.

172 pages d’exploration des expositions qui ont lieu dans les capitales et régions européennes mais aussi des visites de lieux oubliés, des carnets de voyage, des chroniques portant sur un courant, ou le flash back d’une exposition légendaire revenant du passé.

La maquette est respectueuse des images tout autant que des textes. Ce qui fait beaucoup de bien.

Ma contribution porte sur deux expositions de peinture : l’héritage du primitif flamand van der Weyden à Bruxelles et l’itinérance d’un ensemble d’oeuvres surréalistes de Magritte aux Etats-Unis.

Si ces deux articles sont éloignés par leurs styles et époques, ils sont liés involontairement à la malheureuse débâcle actuelle des Musées Royaux des Beaux Arts de Belgique.

En effet, une information de dernière minute doit être ajoutée post-publication du Journal des Expositions : l’exposition van der Weyden a dû fermer pour risque d’inondation. Read More

La source de l’invasion © Space Invaders - Montauban 2009

MTB_01, La source de lʼinvasion © Invader – Montauban 2008

Exercice de synthèse pour essayer de satisfaire celles et ceux qui ont demandé un retour sur le cycle de conférences-conversations Musée au 21ème siècle : disparition ou renaissance ? qui s’est déroulé à l’ISELP, Bruxelles, de janvier à avril 2013

5 conversations publiques avec  5 directeurs de musées européens : Zeev Gourarier (MuCEM – Marseille), Boris Charmatz (Musée de la Danse – Rennes), Marc-Olivier Gonseth (Musée d’Ethnographie – Neuchâtel), Laurent Le Bon (Centre Pompidou – Metz), Chris Dercon (Tate Modern – Londres)

Vous trouverez ici des réponses aux questions d’Isabelle Capitani, étudiante en master II expo-muséographie à l’université d’artois, sous la direction de Serge Chaumier

Isabelle Capitani : Sous quelle forme commune se réinventent les cinq musées présentés lors des conversations « Le Musée au 21ème siècle : disparition ou renaissance »? En quoi se rejoignent les discours des directeurs invités ? En quoi ces musées refondent-ils l’idée même du musée de demain? Comment chaque invité voit-il le musée de demain? Pour quels enjeux ?

Pauline de La Boulaye : A l’origine, ce programme de conversations, je l’ai imaginé comme un brainstorming par rapport à l’absence d’un musée d’art moderne et contemporain à Bruxelles. Absence renforcée par la fermeture des collections d’art moderne aux Musées Royaux des Beaux Arts pour une durée indéterminée. Une fermeture très controversée depuis 2011 (voir le site de Musée sans Musée). Un vide muséal persistant dans la capitale d’une Belgique multiculturelle où siège l’Europe.

Mon projet était d’ouvrir un horizon avec des conversations publiques ouvertes à tous en présence de directeurs de musées européens. Car le phénomène de Bruxelles n’est pas unique, il est symptomatique d’une profonde mutation bien plus générale en Europe.

Les cinq musées programmés ont en commun de faire partie d’une nouvelle génération de Musée. En référence aux plus récents téléphones portables, je propose de les désigner librement en tant que « Musée 4G ». Read More

L’art et la ville tracée

Conférence donnée dans le cadre de l’Université d’été du CIFAS (Centre international de Formation en Arts du Spectacle)

à La Bellone – 46 rue de Flandre  B-1000 Bruxelles – vendredi 6 septembre 2013

Trisha Brown’s Roof Piece, New-York, 1973 © 2005 The New York Times Company

Trisha Brown’s Roof Piece, New-York, 1973 © 2005 The New York Times Company

Résumé de la journée
10.00 – 13.00:  Ville tracé
Débat mené par Antoine Pickels ou Benoit Vreux
Eclaireuse : Pauline de la Boulaye (FR)
Avec Stany Cambot (FR), Vjekoslav Gasparovic (HR), Stefan Kaegi (DE), Emilio Lopez Menchero (BE).
14.00 – 17.00: Ateliers
1. Stany Cambot (FR)  : « Atelier cartographique de campagne. Production de cartes insaisissables. »
2. Vjekoslav Gasparovic (HR): « L’idée de la ville »
3. Stefan Kaegi (DE): “La vie comme théâtre”
17.00 – 18.00: Échanges et perspectives

Le tracé de la ville ? C’est un dessin, un sillage. On le parcourt en suivant une ligne ou une autre. Le tracé propose un chemin. Et en tant qu’« éclaireuse », je dois choisir de le suivre ou pas. Vous me suivez ? Alors on va sortir du chemin et prendre du recul pour discerner où sont les tracés, les lignes de la ville qui conditionnent nos existences.

Je dois d’abord avouer mes angoisses par rapport aux plans, aux cartes : une peur d’être avalée, aplatie, induite en erreur.

Read More

Conférence-conversation avec Chris Dercon, directeur de la Tate Modern

Vendredi 19 avril 2013 de 18h30 à 20h30

ISELP (Institut Supérieur pour l’Etude du Language Plastique)  31, Bd de Waterloo Bruxelles

En collaboration avec l’École nationale supérieure des arts visuels (ENSAV) de La Cambre, dans le cadre du cycle de conférences L’art et les commissaires

Conférence en français

TANKS Art in Action © Tate Modern 2012

Cette rencontre est le prolongement du cycle Le Musée au 21èmesiècle : disparition ou renaissance ? au cours duquel des directeurs de lieux culturels européens innovants ont présenté leurs diverses façons de réinventer le Musée. Read More