BEING URBAN laboratoire pour l’art dans la ville

invitation_BU_1Avec The Mental Masonry Lab – Jérôme Giller – Simona Denicolaï et Ivo Provoost – Julien Celdran – Thomas Laureyssens – Stephan Goldrajch – Zuloark – Robert Milin – Xurxo Durán Sineiro – Sans-Titres – Outings project – Recyclart – Benoît Moritz – Mathieu Berger – Carine Potvin – Nicolas Hemeleers – Laurence Jenard – Les Nouveaux Commanditaires – Olivier Bastin – Tiffany Hernalesteen – Antoine Pickels – IDM – Wim Embrechts – Contrats de quartiers durables – Vincent Degrune – artconnexion – vous

Un projet de Adrien Grimmeau et Pauline de La Boulaye

du 29 avril au 4 juillet 2015

à L’iselp 31, Bd de Waterloo – 1000 Bruxelles

à suivre sur www.beingurban.be 

Les métropoles actuelles superposent les récits. Celui des médias, de la publicité, des luttes sociales voire culturelles, les récits individuels aussi. Tous se mêlent avec une urgence que le présent semble nous dicter.

L’objectif de BEING URBAN est de réfléchir à la place de l’art parmi ces récits. De plus en plus, de nouvelles interventions artistiques voient le jour dans l’espace public. Elles s’éloignent du monument pour pénétrer des dimensions moins visibles, privilégiant le processus au résultat, l’intégration au monument, le temporaire au pérenne.

À Bruxelles, on situe ce changement autour de 2000. Nommée « ville européenne de la culture », la capitale accueillit des initiatives nouvelles comme le centre d’arts Recyclart ou les Nouveaux Commanditaires, un protocole lancé en France en 1990 par le Belge François Hers, qui place les citoyens à la base de la commande d’une oeuvre d’art.

Ces démarches sont représentatives d’un changement de mentalité plus large : l’art dans la ville s’inscrit dans la complexité d’un espace, d’une population. Une intersection nouvelle se crée entre les processus artistiques, les décisionnaires, le territoire et les habitants. Cette intersection est fragile. Mais elle est riche.

Nous sommes 1,2 millions à habiter à Bruxelles. Un tiers d’entre nous est de nationalité étrangère. Nous sommes à la fois connectés en permanence et de moins en moins enracinés dans un espace. Que peut ajouter l’art dans cette équation ? L’art n’a pas vocation à résoudre ou à apporter des réponses. Mais en créant un espace et un temps alternatifs à ceux fonctionnels du quotidien, il prend toute son importance collective.

BEING URBAN n’est pas une exposition. C’est un laboratoire. Dans les salles, plutôt que des œuvres, vous trouverez des outils : des traces de processus d’intégration artistique en cours, une cartographie, une web radio, des médias singuliers, un centre de documentation. Au cœur du laboratoire : un parlement modulable. Il accueille les points de vue des artistes, acteurs de terrain, vous en tant que citoyens, à l’occasion de conférences, débats, présentations d’initiatives émergentes et ateliers de mise en œuvre.

Les récits, propositions, expériences menées pour BEING URBAN feront l’objet d’une publication à paraître en février 2016.

  invitation_BU_

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :